Archives du mot-clé plante

Sensitive

Sensitive en fleur

Après le népenthès et les plantes carnivores, l’anémone de mer qui n’est pas une fleur, voici la sensitive une Fabacée (pois) très particulière.

Les feuilles de cette plante se referment en une moins d’une seconde si on les touche (ou si on arrose) c’est la Thigmonastie. Elle se ferment également à la nuit tombée sous le principe de la Nyctinastie (comme chez le liseron).

L’ouverture est moins rapide mais se fait néanmoins à vue d’œil, le matin notamment.

Quand on sait que cette plante fait partie de la même famille que l’Entada un haricot géant qui peut tordre un arbre on se dit qu’un croisement n’est pas souhaitable.

Bien entendu j’ai voulu prendre en photo l’ouverture et la fermeture de ces feuilles, mais le chat a bien compris que cette plante était amusante à bricoler. Les feuilles se sont refermées, pour l’animation en image par image cela devenait lourd, mais voici le résultat : Animation de la sensitive

Finalement j’ai eu le droit à une magnifique fleur violette qui ne laisse pas de doute sur l’apparentée au Mimosas.

Pour les enfants, cette plante est plus sympathique qu’une Drosera (plante carnivore), la fermeture des feuilles est plus impressionnante et ne dure jamais longtemps. Il ne faut pas en abuser et surtout bien arroser la plante.

Pot de sensitive

Phytolacca americana

Phytolacca americana : Chronique d’une recherche avancée

C’est une grande plante qui pousse « spontanément » dans mon jardin et que je n’arrivais pas à identifier.

Au départ ses feuilles m’ont fait penser à un Datura, mais rapidement les petites fleurs en grappe m’ont orienté vers une autre piste.

J’ai alors utilisé un moteur de recherche d’images avec quelques caractéristiques évidentes :

  • Ovaire supère (les pétales sont clairement en dessous de l’ovaire)
  • Petites fleurs blanches en grappe
  • Feuilles lancéolées

Et j’ai trouvé le « Phytolacca americana » ou Raisin d’Amérique, c’est là que j’ai compris que cela correspondait à un reportage que j’avais vu à la télé sur cette plante invasive.

Vu que les graines sont petites, il est facile pour les oiseaux de les déplacer, pourtant cette plante devient vite grande, ses feuilles « ovales lancéolées » couvrent bien le terrain, ne laissant aucune chance a des plantes plus lentes.

A priori les feuilles peuvent se consommer cuites (je n’essayerais pas) et les baies peuvent servir de teinture.

Je l’ai pris en photo pour le souvenir car je ne compte attendre de voir tomber les graines sur le sol, il sera sans doute trop tard.

Chat perché

Plantes carnivores piégées

Je ne vais pas faire de mauvais jeu de mot entre les plantes et mon petit carnivore qui vient toujours dormir sur ma vanille quand je ne suis pas là.

J’ai un pot de Nepenthes qui est suspendu juste en face (le chat ne saute pas encore sur les pots suspendus).

Le Nepenthes a commencé sa production de pièges.

Urne de Nepenthes

Urne de Nepenthes

A priori ce n’est pas si courant de voir le bout des feuilles se gonfler dans un milieu artificiel, la présence de l’aquarium et des vaporisations régulières doit aider à maintenir une hygrométrie suffisante.

Pour le moment il ne se sont pas ouverts, mais à la vitesse ou c’est parti, d’ici une semaine je devrais avoir de beaux attrape-mouches.

Cette plante est dite « plante carnivore » car elle comporte des éléments digestifs dans le fond du tube.

 

Le rouge indique bien le danger, mais qui sait si ces insectes connaissent le code couleur international ?

Quand un petit visiteur se présente au bord du tube, il est attiré par le nectar et se retrouve englué dans une sorte de cire qui ne lui laisse que le choix de glisser vers le bas de l’urne.

Ouverture du piége

Ouverture du piége

Si de petits insectes se retrouvent piégés dans cette urne, cela ne va pas calmer mon chat.

Chelidonium majus

Chelidonium majus, l’herbe au verrues

Voici une herbe assez sympathique, qui repousse chaque année sans se laisser déranger.

Proche du coquelicot, cette papavéracée commune à une silique comme fruit et la fleur se découpe en 4 pétales jaunes.

Mais cette plante a un petit secret qui se dévoile quand on la sectionne.

Herbe coupée

La blessure orange est caractéristique de cette herbe à la sève corrosive, connue depuis fort longtemps pour son application sur les verrues.

A noter que n’étant pas médecin, je ne vous recommande pas de le faire.

Grande chélidoine

Son feuillage vert franc fait perler la pluie, les lobes sont presque aussi graphiques que ceux d’une acanthe.

L’identification est donc assez facile.

Nivéole ou perce neige

Nivéole ou perce neige

Nivéole ou perce neige

Voici la grande gagnante du jardin.

Entre la nivéole et le perce neige, je n’étais pas sûr de qui serait en fleur en premier.

Le 20 février un perce neige double a déployé sa clochette blanche, je ne pense pas que ce soit une nivéole, mais cela reste à prouver.

Il a neigé quelques flocons après, mais pas suffisamment pour faire la photo mettant en évidence la particularité de la plante.