Archives pour la catégorie Carton à dessin

On y trouve mes aquarelles, des décors et bien d’autres choses…

Dahlia

Dessin de dahlia

Voici un dessin au crayon HB réalisé le temps d’un atelier, j’avais emmené avec moi cette fleur de Dahlia coupée une heure plus tôt dans mon jardin.

J’ai fait le choix de bien noircir les ombres pour que ce dessin soit contrasté, cela voulait dire qu’il ne serait pas raisonnable ensuite d’en faire une aquarelle, sauf à devoir presque tout gommer.

Les dahlias font partie de la grande famille des Astéracées, cette fleur rentrait dans la composition de nombreux bouquets du commerce il y a encore quelques années. A présent elle est un peu passée de mode, mais reste encore bien représentée dans nos jardins.

J’ai appris depuis peu que son tubercule pouvait être consommé.

Aquarelle d'un Osteospermum

Aquarelle de l’été : L’Osteospermum

J’ai réalisé cette aquarelle en vacances en pensant dessiner une Dimorphoteca. C’est au retour en me documentant que j’ai appris que les Dimorphoteca étaient des annuelles et généralement orangées.

Ma cueillette provenant d’un massif permanent avait donc toutes les chances de faire parti du genre Osteospermum, probablement un Osteospermum juncundum rustique en bord de mer et quand l’hiver est doux.

Ses ligules violettes et son centre de couleur prune foncé apportent une touche d’exotisme. On la nomme également « Marguerite du Cap » en référence à son origine sud africaine.

Réalisé en quatre heures environ, ce petit format m’a permis de me familiariser avec cette succulente que l’on voit partout en Bretagne.

Carnet de croquis

Pièces de l'orchidée

La rotation des fleurs de Phalaenopsis (résupination)

L’orchidée Phalaenopsis se dessine sur un plan de symétrie gauche-droite dite « bilatérale » comme de nombreuses Orchidacées.

Chez le fleuriste, la hampe est attachée à un tuteur et pointe vers le haut comme cet hybride qui m’a servi de cobaye.

Dans la nature, le Phalaenopsis s’accroche dans un arbre et en l’absence de tuteur la hampe florale se place à l’horizontale sous le poids des fleurs.

Conclusion : Quel que soit la direction de la hampe, les fleurs se tournent pour que le labelle soit dans le bon sens !

Le labelle est une piste d’atterrissage pour les insectes, il est donc impératif que le dispositif soit bien orienté.

La rotation qui s’effectue au niveau du pédicelle (liaison de la fleur à la hampe) se nomme « résupination ». Cette rotation est inscrite dans les gênes mais pas seulement, elle va aussi s’ajuster à la position acrobatique de l’orchidée.

Comme j’avais réalisé une orchidée en plastique, je me suis rendu compte que la moindre asymétrie faisait tourner la fleur sur son axe.

Le Phalaenopsis est-il vraiment symétrique ?

Pour en être sûr j’ai donc découpé en pièces une fleur :

Découpe d'une fleur
Découpe d’une fleur

Il est possible de séparer les sépales des pétales avec un scalpel, ce qui permet d’y voir un peu plus clair.

La symétrie en miroir des sépales semble très approximative.

Le labelle en revanche est bien plus lourd et robuste que je pensais, ce pétale transformé joue sans doute un plus grand rôle dans l’ajustement du positionnement que les autres pièces florales.

Pièces de l'orchidée Phalaenopsis
Pièces de l’orchidée Phalaenopsis

 

Amiens Saint-Leu

Rendez-vous BD 2014 à Amiens

Je serais le 7 et 8 juin au Rendez-vous de la Bande dessinée d’Amiens sur le stand de la Lanterne à BD pour dédicacer  le dernier album collectif (n°7 ).

Ma contribution a l’album est modeste (2 planches), mais c’est toujours un plaisir de participer à cet ouvrage qui rythme la vie de notre association.

Le festival se déroule dans le quartier Saint-Leu, situé en contrebas de la cathédrale au niveau du quartier universitaire.

Dédicace cube