Nage dans le marais

Les cyclopes

Voici la dernière planche de ma petite histoire qui sera insérée dans le prochain album collectif de la Lanterne à BD, j’ai hâte de le voir imprimer.

Pour le premier plan sombre (Overlay), j’ai utilisé des phragmites et un vieux tronc pourri. En début de saison de jeunes plants côtoient les restes non dégradés de l’année dernière.

Chute de l'histoire

Chute de l’histoire

Ces végétaux inquiétants s’opposent au temple plus  accueillant et minéral où se trouve la maman des deux nageurs intrépides.

Je ne sais pas si la chute de l’histoire peut être qualifiée de drôle, j’aurais fais de mon mieux en tout cas pour qu’il y ait un peu de surprise.

Je suis certain que vous en avez déjà vu ces cyclopes Brrrr…

Mon blog va certainement être en pause pendant quelques temps, je dois réparer mon matériel informatique et changer de scan.

Pousse de bananier

Bananier rustique

En décembre mes bananiers Basjoo avaient été recouverts d’un voile d’hivernage, le stipe avait été coupé net puis recouvert de feuilles de fougères.

L’hiver a été extrêmement doux avec de très rares températures négatives ces bananiers rustiques ont donc passé l’étape d’hibernation avec brio.

Le vrai risque cette année c’était l’eau, le système de cuves bien drainées a évacué rapidement les excès et semble même avoir accéléré le redémarrage. La terre était plus sèche dans la cuve que sur le sol.

Dès le début mars une colonne grisâtre s’est déboitée au centre de la partie coupée. C’était encore humide, j’ai commencé a aérer le voile d’hivernage en restant prudent.

Stipe de bananier le 9 mars

Stipe de bananier le 9 mars

Après la partie grise, on voit enfin du vert. C’est la première feuille, qui est enroulée en tube comme un rouleau de papier.

Chez les Musacées le développement se fait à partir du cormus, à la manière d’un oignon il renvoie chaque année des nouveaux rejets et peut se diviser pour former de nouveaux pieds.

Vu la chaleur actuelle, j’aurais peut-être des bananes en fin de saison…

 

St-pierre de Rome

La pomme de pin du Vatican

Derrière la Basilique Saint Pierre se trouve le petit état pontifical dont on peut faire le tour en une après-midi.

A Rome, les touristes font la queue le long des murailles pour découvrir les trésors artistiques et culturels de la civilisation chrétienne.

Après avoir fait la visite de la Chapelle Sixtine, on peut visiter les jardins du Vatican.

En se reposant au soleil, on est intrigué par la présence d’une pomme de pin monumentale, mise en majesté dans le cadre grandiose de la cour du Belvédère.

A la manière de l’obélisque antique situé place Saint Pierre, cette pointe tournée vers le ciel est un autre héritage étrange d’un passé polythéiste.

Pigna

La pomme de pin en bronze daterait du 1er siècle et aurait orné les thermes d’Agrippa, d’autres témoignages attestent de la présence de cette « Pigna » au sommet de la lanterne du Panthéon romain.

Les divers trous qui constellent sa surface sont une preuve certaine qu’elle a servi de fontaine à un moment de son histoire.

Il y a des monuments qui traversent les âges et ont une symbolique universelle, cette pomme de pin est un bel exemple d’oeuvre qui traverse les civilisations et rentre en résonance avec notre âme

Encrage

Encrage au feutre sur une aquarelle

L’année dernière j’avais mis en couleur mes planches de BD avec Photoshop une opération un peu fastidieuse mais qui a le gros avantage de pouvoir revenir en arrière en cas de pépin.

Cette année je me suis lancé un nouveau défi : La mise en couleur à l’aquarelle avec un encrage direct !

C’est une opération que je faisait déjà en séances de dédicaces. On imagine mal un dessinateur venir avec un logiciel et une imprimante pour dédicacer un album !

Néanmoins pour réaliser un planche complète à l’aquarelle et l’encrer sur le même support c’est une autre affaire…

J’ai quand même doublé mon crayonné en le décalquant sur une autre feuille avec un critérium aux mines bleues. C’est sur cette planche que j’ai appliqué l’aquarelle, puis l’encrage noir réalisé au feutre noir permanent.

Le feutre est moins dangereux que l’encre de Chine, il ne coule pas et sèche immédiatement. Par contre il faut bien choisir un feutre pour éviter de voir son travail disparaître au bout de quelques années d’exposition au soleil.

Cette histoire sera intégrée au collectif N°7 de La lanterne BD.

 

 

Couple de cygnes noirs

Les cygnes noirs peuvent ils se reproduire avec les blancs ?

Les cygnes noirs sont originaires d’un pays situé en dessous de nos pieds : l’Australie. C’est pas courant d’en voir sur les bords du canal de St-Quentin alors j’ai sorti mon appareil photo.

Lors de mon passage, ils étaient en compagnie d’une espèce plus commune chez nous au plumage blanc.

Cygnes noirs et cygnes blancs

Cygnes noirs et cygnes blancs

En voyant deux couples se rassembler par couleur on ne peut s’empêcher de se demander si il arrive que le blanc et le noir donnent des petits.

Les rares personnes qui ont pu témoigner du phénomène assurent que cela arrive parfois, le cygneau sera cependant infertile.

Tout cela n’a rien à voir avec l’histoire du vilain petit canard qui est un cygneau blanc avec un plumage grisâtre :

Cygne blanc juvénile

Cygne blanc juvénile

En général la maman cygne n’est pas bien loin !

Mon petit journal graphique