Archives par mot-clé : exotique

Fruits secs : cocotier, palmier bâche et pommier cannelle

Quelques fruits secs plein d’exotisme identifiés récemment.

En entête d’article il s’agit de l’infrutescence du Cocotier « Cocos ». Les fruits de cet exemplaire ont la taille de balles de ping-pong mais ne sont pas mâtures. Sur le cocotier il vont bien entendu croître en déformant d’avantage l’ancien support floral et donner de grosses noix de coco. Le Cocotier qui donne les noix que nous dégustons est le Cocos nucifera, ce rameau sec fait sans doute partie de cette espèce.

Autre fruit bien dur : Le fruit du Palmier-bâche « Mauritia flexuosa ». On le trouve dans la forêt amazonienne. Il a une chair orange et comestible. Le fruit sec semble verni et ressemble un peu à du Raphia.  Il fait parti de la même famille, celle des Arécacées (Palmiers).

Mauritia flexuosa (Palmier-bâche)
Mauritia flexuosa (Palmier-bâche)

Le fruit suivant ne vient pas d’un palmier même si il est aussi robuste, mais du Pommier cannelle « Annona squamosa » ou encore Attier. Il produit une pomme comestible qui regroupe plusieurs fruits agglomérés ce qui lui donne cette forme à écailles irrégulières.

Annona squamosa (Attier, Pommier cannelle)
Annona squamosa (Attier, Pommier cannelle)

C’est assez difficile d’en trouver sur le marché, sauf si vous habitez en Amérique du sud ou en Afrique de l’ouest. Dans ce cas il n’a pas cette couleur brune desséchée mais plutôt un vert clair plus appétissant.

C’est un peu frustrant de réaliser la rubrique des Arécacées avec certains fruits dont les arbres restent inaccessibles. Il faut dire que même au pied d’un palmier la fleur ou le fruit restent souvent hors de portée de l’objectif.

Heureusement la plupart des fruits sont robustes et voyagent très bien. On se trouve un peu en présence d’une corne de licorne tant que l’on n’a pas retrouvé leur véritable nom…

Au bord de la plage, une Cordyline australis

De temps en temps il faut céder au plaisir du cliché avec cette belle plage du bout du monde, sa mer bleue et ses palmiers.

Après la baignade, il est temps de s’intéresser justement à ces palmiers qui n’en sont pas vraiment vu qu’ils appartiennent à la famille des Agavaceae (Agavacées). Découverts en 1769 lors du premier voyage de l’Endeavour (James Cook dans le Pacifique), il faut aller en Nouvelle-Zélande pour y trouver l’origine connue de cette Cordyline australis.

Cette arbre des contrées lointaines peut être acclimaté en France, comme sur cette côte bretonne de Plestin-lès-Grèves où a été prise cette photo. Grâce à la mer, le froid est modéré en hiver ce qui permet de profiter de cet environnement naturel très sympathique.

Son long feuillage est relativement souple, les variantes de couleurs et les stries linéaires permettent des jeux graphiques que savent exploiter les fleuristes en bouquets ou compositions exotiques.

Des fleurs parfumées à 6 tépales courbes laissent place à des baies blanches, portées en grappes qui seront disputées pas les oiseaux.

Baies de Cordyline australis
Baies de Cordyline australis

A quoi ressemble une fleur de gingembre ?

Le Gingembre est une épice vieille comme le monde que l’on a l’habitude de voir sous la forme de « pétales » (tranches de rhizome) d’une couleur rose saumon.

En cuisine il parfume les plats et pâtisseries et sert de décoration.

Gingembre
Gingembre

On peut se procurer le rhizome chez le primeur, il est même possible le replanter en serre, c’est le cas du Zingiber officinale que l’on peut consommer.

Mais à part cela que sait on vraiment de la plante ?

Il faut aller parcourir des jardins botaniques comme celui de Kew Gardens pour découvrir cette drôle de plante de la famille des Zingiberaceae (Zingibéracées). On trouve alors des inflorescences sortant de l’axe central elles forment des massues ou des formes plus plates composées d’une multitude de bractées colorées.

Comme chez les bananiers, l’inflorescence surgit de l’axe de la plante et se dresse. on y voit alors des bractées robustes qui protègent l’éclosion des fleurs.

Fleur de Gingembre
Fleur de Gingembre

La fleur est composée un cornet de sépales blancs/jaune trilobé renfermant un pétale trilobé, la couleur de la corolle va virer au pourpre/noir avec la maturation. Les feuilles aux lignes parallèles et cette disposition florale trimère nous rappelle le rattachement de cette famille au Monocotylédones.

Le Zingiber spectabile que l’on nomme également gingembre ruche est celui que vous voyez ici en photo, il est surtout cultivé pour ses caractéristiques décoratives.

Zingiber spectabile
Zingiber spectabile

Si vous voulez en faire pousser un gingembre chez vous, voici un lien vers un site qui expliquera tout cela :