Archives du mot-clé fleur

Carpobrotus

Carpobrotus en fleurs

C’est la plante qui tapisse généralement la dune juste avant la plage. Elle n’a pas toujours été là en France, mais comme elle stabilise bien le sol et qu’elle se bouture très facilement, elle a été utilisée au départ pour bloquer le relief sablonneux. Une fois son tapis végétal déployé les autres plantes plus fragiles ne poussent plus. Sa présence est un indicateur de climat où les températures négatives sont rares.

Ses feuilles grasses de section triangulaire font penser à des griffes, on évite généralement de marcher dessus en pensant aux serpents et autres petites bêtes piquantes qui pourraient s’y loger.

Du vert olive, le végétal passe à des couleurs plus chaudes en se dégradant, ces couleurs se marient à la perfection dans un paysage maritime au soleil couchant.

Si l’on y regarde de près, ses inflorescences en capitules radiées roses (parfois jaunes) sont constitués d’une multitude de petites fleurs. La fermeture de cette étoile colorée se produit assez tôt dans l’après-midi.

Le fruit jaune du Carpobrotus est salé, il semble peu engageant mais comestible, au moins chez le Carpobrotus edulis. Les lapins qui les consomment en assurent également la dissémination.

Membre de la famille des Aizoacées (Aizoaceae). De Carpobrotus on lui préfère le nom plus simple de « Griffe de sorcière » qui a le mérite de bien faciliter sa reconnaissance.

Aquarelle d'un Osteospermum

Aquarelle de l’été : L’Osteospermum

J’ai réalisé cette aquarelle en vacances en pensant dessiner une Dimorphoteca. C’est au retour en me documentant que j’ai appris que les Dimorphoteca étaient des annuelles et généralement orangées.

Ma cueillette provenant d’un massif permanent avait donc toutes les chances de faire parti du genre Osteospermum, probablement un Osteospermum juncundum rustique en bord de mer et quand l’hiver est doux.

Ses ligules violettes et son centre de couleur prune foncé apportent une touche d’exotisme. On la nomme également « Marguerite du Cap » en référence à son origine sud africaine.

Réalisé en quatre heures environ, ce petit format m’a permis de me familiariser avec cette succulente que l’on voit partout en Bretagne.

Carnet de croquis

Gateau en fleurs

Faire un gâteau végétal avec les fleurs du jardin

Après la boule de roses, voici une autre composition florale à symétrie radiale (je n’en suis pas l’auteur).

Ce gâteau est réalisé sur la base d’un cylindre de mousse Oasis, il est prédécoupé en forme de « tarte ». Dans ce montage la mousse de couleur verte reste apparente ce qui évite de devoir préparer ce support. Il faut juste l’immerger dans l’eau avant de commencer.

La symétrie rend le montage plus simple qu’une composition asymétrique, néanmoins dans ce cas il faut disposer de fleurs de taille  et formes identiques, ici des fleurs bien régulières de camomille blanche (Astéracées).

Pour les autres on essayera surtout de respecter une uniformité de couleur pour chaque genre :

Un ruban de velours vient finir cette composition qui sera à dévorer uniquement avec les yeux.

Composition de table cylindriqueVoilà, à vous de jouer maintenant !

 

Fleur de Rhipsalis

Fleur de cactus : Le Rhipsalis capilliformis

Le Rhipsalis capilliformis est un cactus (Cactaceae) avec des caractéristiques un peu particulières.

Les Rhipsalis sont les seuls cactus présents en Amérique du sud avant l’arrivée de Christophe Colomb. Cela ouvre de nombreuses théories qui tentent d’expliquer comment cette cactée a partagée des gènes avec ses cousines de l’ancien monde.

Cette plante grasse se développe comme une chevelure, avec des ramifications retombantes, il est préférable de la suspendre vu qu’a l’état naturel elle se niche dans les arbres (épiphyte).

Comme ses fruits forment des baies rondes et translucides, elle porte également le nom de « Cactus Gui ». Pourtant cette plante n’a rien d’un parasite, tout au plus comme les orchidées, elle profite de son hôte pour s’établir en hauteur.

Autre bizarrerie pour une cactée, elle ne pique pas et c’est préférable car si c’était le cas elle serait très difficile à déplacer (le pot étant sous la chevelure verte).

Bien à l’abri du gel dans un salon elle sera à son aise. Cependant n’hésitez pas à la placer de temps en temps dans une véranda un peu plus froide (hors gel) pour obtenir une floraison.

Rhipsalis en véranda
Rhipsalis en véranda

J’ai essayé de compter le nombre de pétales, je pense qu’il y en à 5 ainsi que 5 sépales de la même couleur blanche, enfin ce n’est pas évident, il faut se munir d’une loupe…

Rhipsalis Profil
Fleur de Rhipsalis de profil