Archives par mot-clé : orchidée

C’est la fête pour les orchidées Bletilla striata

Ca y est, elle sont de sortie les hampes des Bletilla striata.

Ce sont des orchidées rustiques que j’ai acheté en pot pour mettre dans mon jardin.

Le pot contenait 2 ou 3 pieds, mais à présent j’ai 14 petites orchidées dont certaines suffisamment solides pour produire des hampes florales.

Les fleurs violettes font environ 3 à 4 cm, le labelle est strié de blanc. Autre signe distinctif : les feuilles ont une bordure blanche, ce qui est pratique pour repérer leur sortie en avril/mai.

Blettila striata

Les orchidées de jardin, c’est sympa car cela s’entretien tout seul.

Il faut juste veiller à ce que la végétation environnante ne soit pas trop envahissante pour lui permettre d’avoir du soleil. En ce qui me concerne, je ne retourne pas la terre à coté de mes orchidées car elles sont très sensibles aux perturbations dans le sol.

En revanche, il est possible de passer la tondeuse au dessus en tout début de saison, même si il y a toujours le risque de sectionner les premières feuilles.

La multiplication se fait un peu comme celle du muguet, cela avance tranquillement, les pousses de l’année ne produisent généralement pas de fleurs.

Je profite de cette publication sur les orchidées d’extérieur pour vous montrer une orchidée sauvage prise du coté de Vaison-la-Romaine, un Orchis purpurea je pense.

Orchis purpurea

Il faut bien distinguer les orchidées de jardin que vous achetez en jardinerie ou chez votre fleuriste, des orchidées sauvages que vous trouvez sur les chemins. Les premières vont pouvoir s’acclimater à votre jardin, les secondes non.

Les orchidées sauvages ont des ramifications complexes et des connexions vitales avec les champignons du sol, si vous bêchez autour ces connexions sont rompues et la racine va s’épuiser très rapidement.

Je salue Cathline, qui habite à quelques pas des chemins de vigne de Provence où cette orchidée a été prise en photo.

Aquarelle d’une petite orchidée Phalaenopsis

Voici une petite aquarelle que je viens de terminer.

Je devais remplacer l’illustration des Phalaenopsis sur mon site car l’ancienne animation (Flash) n’était plus compatible avec les smartphones. J’ai donc rassemblé toutes les vieilles animations florales dans une seule page pour ceux qui souhaitent encore les voir, mais pour les pages clés comme celles des orchidées il était nécessaire de repartir sur un nouveau visuel.

La plus petite de mes orchidées était en pleine floraison, c’est donc elle qui a eu l’honneur d’illustrer la rubrique.

Le dessin au crayon m’a pris environ 3 heures, j’ai placé la couleur sur une seconde après-midi quand la lumière était au rendez-vous.

Bien que j’ai adopté les tubes d’aquarelles, j’ai quand même utilisé un des godets qui disposait de la couleur exacte de cette orchidée, un violet un peu rouge dont j’ignore le nom.

Aquarelle Phalaenopsis

Voilà, je pense que je reprendrais en photo cette aquarelle en été, car en ce moment, je n’arrive pas à obtenir une lumière suffisamment blanche et puissante pour m’éviter de bidouiller ensuite dans les filtres logiciels.

 

Orchis bouc en Baie de Somme

L’Orchis bouc ou Himantoglossum hircinum est assez rare ici et c’est au cours d’une balade en Baie de Somme que je suis tombé par hasard sur cette petite colonie.

La fleur de cette orchidée sauvage est particulièrement incroyable avec un labelle d’environ 10cm pour une petite fleur de la taille d’un ongle.

Orchis bouc - Fleur

Avec un vent très fort l’ensemble des pièces florales s’oriente de coté ce qui donne une forme très particulière à cette hampe.

escargot

L’état des fleurs était un peu avancé accrochant au vent des débris végétaux de toutes sortes et quelques escargots qui semblaient apprécier ses rares feuilles.

Les orchidées sauvages ont un rapport fusionnel avec le sol et les champignons qui s’y trouvent et par extension les arbres et racines proches.

Si vous en trouvez prenez l’appareil photo ou le carnet à dessin, mais ne les déplantez pas car elles ne supportent pas d’être transplantées (de plus elles sont généralement protégées).

Orchidée Blettilla hyacinthina striata

Cela fait quelques années que j’attendais ce moment, celui de pouvoir admirer la floraison de cette orchidée de jardin.

Sur l’étiquette de l’horticulteur il était précisé « protection hivernale » et je n’avais pas fait attention à ce détail important. Mais sans doute elle a été un peu protégée par les herbes hautes que je coupais régulièrement.

Chaque année des feuilles aux bords panachés me signalaient sa bonne santé et au fur et à mesure de nouvelles pousses se sont éloignées du pied mère. C’est sur le deuxième pied que j’ai pu constater cette année la présence d’une hampe, il ne restait plus qu’à attendre (impatiemment) la superbe floraison.

Comme d’autres orchidacées, les fleurs tournent en s’ouvrant (résupination), on découvre ensuite ce labelle tigré dominant de beaux sépales roses. Je ne m’attendais pas à une couleur aussi saturée ce rose est particulièrement soutenu.

Si la plupart des orchidées vivent perchées dans les arbres, l’orchidée Blettilla hyacinthina striata est terrestre ce qui est plus pratique pour la cultiver.

Voici une petite photo pour en profiter :

Hampe de l'orchidée
Hampe de l’orchidée Blettila

 

Je dois rappeler ici que les orchidées terrestres sont très sensibles à leur sol d’origine car elle se nourrissent en partie de longs réseaux souterrains créés par les champignons. Sans son réseau d’échanges, la plante va s’affaiblir et disparaitre.