Dessin à l'encre de Chine

Dessin d’un jardin japonais à l’encre de Chine

Il est toujours important de choisir la bonne technique pour traduire un sujet.

En utilisant de l’encre de Chine et un pinceau chinois pour peindre ce mini jardin japonais, il m’a semblé que je restais dans un univers assez cohérent.

La composition florale est dans un récipient à Bonzaï avec de nombreux végétaux qui soulignent la verticalité (amarante, bambou) ou l’horizontalité  (gerberas, roses, orpin, pin). Je ne sais pas si on peut parler d’Ikebana, mais la présence d’un petit lit de rivière et de pierres plates donne cette impression asiatique.

Avec l’encre de Chine il est possible de faire des nuances de gris ou de rester dans un noir pur, j’ai pris cette seconde solution.

La peinture a été réalisée sur du papier blanc en posant des ombres pour faire émerger la forme du fond, j’aime bien cette technique car on ne dessine pas avec des traits, mais en posant des contours.

Pour avoir plus de finesse, j’ai terminé le dessin à la plume.

Jardin japonais - Composition
Jardin japonais – Composition
Jardin japonais
Jardin japonais

6 réflexions sur « Dessin d’un jardin japonais à l’encre de Chine »

  1. Merci Claire,

    En effet ce n’est pas évident, mais c’est un bon exercice. Cela oblige a se poser des questions pour trouver des équivalences graphiques qui fonctionnent.

  2. Ca fait réver ! J’ai déjà vu les petits coffrets avec de beaux pinceaux (en soie ?) et une barre noire dure (de l’encre de chine ?). Bref, vu le coffret mais inutilisé, gardé précieusement car peur de mal l’utiliser… sauf si on connait des artistes comme toi !

    1. Merci Bretagne,

      On dessine souvent pour être reconnu par les autres et une fois que c’est fait, on arrête de progresser.

      Avec tes compliments, je vais avoir du mal à me convaincre que je peux faire mieux la prochaine fois 🙂

      Sinon pour l’histoire du coffret, j’ai exactement ce fameux kit avec le superbe pinceau, le petit encrier en pierre et la barre de pigment noir solidifié.

      Ce qui est drôle c’est que je l’ai ouvert, j’ai regardé le précieux pinceau tout neuf, puis je me suis dit que je n’avais pas la connaissance nécessaire pour bien l’utiliser et le nettoyer.

      J’ai préféré utiliser un autre pinceau chinois un peu moins traditionnel, mais que j’utilise régulièrement pour l’aquarelle.

      Pour l’encre de Chine, c’est pareil, j’ai utilisé un flacon d’encre fluide, plus classique.

      Je pense néanmoins que j’ai fait le bon choix car il me semble que le kit traditionnel est plus utile pour faire de belles estampes avec des dégradés de gris très légers.

      J’ai déjà essayé de dissoudre cette encre, elle est difficile à charger.

      On a tous une boîte de crayons, un carnet fétiche que l’on arrive pas à utiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.