Chelidonium majus

Chelidonium majus, l’herbe au verrues

Voici une herbe assez sympathique, qui repousse chaque année sans se laisser déranger.

Proche du coquelicot, cette papavéracée commune à une silique comme fruit et la fleur se découpe en 4 pétales jaunes.

Mais cette plante a un petit secret qui se dévoile quand on la sectionne.

Herbe coupée

La blessure orange est caractéristique de cette herbe à la sève corrosive, connue depuis fort longtemps pour son application sur les verrues.

A noter que n’étant pas médecin, je ne vous recommande pas de le faire.

Grande chélidoine

Son feuillage vert franc fait perler la pluie, les lobes sont presque aussi graphiques que ceux d’une acanthe.

L’identification est donc assez facile.

2 réflexions sur « Chelidonium majus, l’herbe au verrues »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.