Martinet noir tombé du nid

Le parasite du Martinet noir

Le Martinet noir est un oiseau fabuleux qui ne se pose jamais. 

Celui-ci était tombé du nid, je l’ai trouvé un matin sur le trottoir.

Pour le sortir de là, j’ai pris le temps d’aller chercher un petit carton et des gants (et j’ai bien fait).

Aile de Martinet

Il avait l’air très fatigué. Cet oiseau est pourtant un athlète pouvant pousser des pointes de 150km/h en gobant au passage une nuée d’insectes.

Ailes courbes

 

En passant le carton dans l’obscurité un insecte ressemblant à une tique est sorti sur l’aile avec une mobilité extraordinaire, j’ai tout de suite pensé à un parasite.

Celui-ci a eu la mauvaise idée de se balader dans le carton : Hop dans la boite !

Cratérine du Martinet (Crataerina pallida)

Après renseignements, il s’agit de la Cratérine du Martinet (Crataerina pallida), ce petit « vampire » d’1cm attaque les petits dans leur nid pour leur sang, il est capable de s’accrocher à n’importe quoi. Même sous le couvercle d’une boîte en plastique, il arrive a avancer…

Ce parasite a une seule paire d’ailes ce qui en fait un diptère. Vu leur taille on comprend bien qu’il ne doit pas s’en servir souvent.

Ce qui est incompréhensible c’est que le Martinet ne s’en débarrasse pas d’un coup de bec. Il doit sans doute y avoir un truc psychologique avec le nid.

J’ai posé le martinet sur une branche dans mon jardin, il est entré dans une haie et je ne l’ai plus revu.

Cette rencontre m’a évoqué immanquablement le poème de l’Albatros :

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

Charles Baudelaire 

10 réflexions au sujet de « Le parasite du Martinet noir »

  1. bonsoir Yann tu lui as peut être sauvé la vie qui sait ! j’en ai sauvé un il y deux ans qui était tombé dans l’insert de la cheminée il était complètement affolé ! heureusement que j’étais là ce jour là j’ai mis des gants pour l’attraper et le relâcher par la fenêtre ! bonne soirée bises Cathline

  2. Bonjour Cathline,
    J’aurais bien aimé moi aussi qu’il s’envole, mais avait déjà la possibilité dans la rue. Le jardin était l’endroit le plus protégé où je pouvais le déposer.

  3. C’est une belle histoire. C’est surement le poids de cet insecte qui l’empêchait de voler… Non plus sérieusement, c’est effectivement curieux qu’il n’arrive pas à l’attraper. Mais toi, tu l’as eu eton espère que ton martinet va continuer à chasser….

  4. Je n’ai plus de nouvelles de ce martinet, mais sans doute il passe à présent avec les autres en sifflant au dessus de mon jardin.
    Quand à la Cratérine (le parasite), elle est morte dans sa boite au bout d’une semaine.
    Je suppose que si les Cratérines n’ont pas embarqué au moment ou les petits s’envolent, elles n’ont plus beaucoup de temps à vivre.

  5. J’espère qu’il a réussi à s’envoler mais ce n’est pas facile pour eux de décoller du sol; je crois qu’il faut les percher ou même les lancer en l’air. Il paraît qu’ils ne se posent que pour nicher, ils dorment même en vol ( c’est mon compagnon ornitho qui m’explique tout ça!)

  6. Merci Claire pour ce conseil approuvé par un spécialiste.
    C’est pas toujours facile de savoir ce que l’on doit faire en présence d’un oiseau. J’espère qu’il a pu remonter sur le dessus de la haie et s’envoler…

  7. Bonjour Yann,
    Claire a raison, un martinet tombé à terre ne peut pas repartir sans aide pour une raison « technique » : la grande longueur de ses ailes d’une part et la petitesse de ses pattes d’autre part ne lui permettent pas de prendre appui pour prendre son envol comme les autres oiseaux. Du coup, quand on trouve un martinet adulte apparemment en bonne santé, il faut le « jeter en l’air » pour qu’il puisse prendre son élan. Mais le mieux est quand-même de contacter un centre de soins agréé car s’il s’agit d’un jeune tombé trop tôt du nid (ce qui est souvent le cas en été), cette technique n’est pas la bonne (http://uncs.chez.com/dans%20votre%20region.htm).

  8. Bonjour, un oiseau du meme style est entré par la fenetre pdt la nuit et s’est échoué dans une casserole pleine d huile… je l’ai sorti de là mais ses plumes étaient toutes collante.. Il à l’air très fatigué, j’ai essayé de le rincer un peu et je l’ai emballé dans un linge en coton pour le protéger du froid. aujourd’hui il a l’air un peu mieux mais il n’a pas l’air de savoir voler… pensez vous que je dois le relâcher ? ou que puis je faire pour l’aider a aller mieux? il est toujours un peu gras

    1. Bonjour MEES,
      Je pense que la réponse de ClaireB est sans doute la meilleure.
      C’est pas qu’ils ne savent pas voler (ce sont des même des champions pour cela) mais ils ne peuvent pas décoller sans aide.

      Le problème c’est que si l’oiseau est endommagé il y a un risque de chute, donc le mieux c’est de contacter le centre agréé de votre région : http://uncs.chez.com/dans%20votre%20region.htm

  9. Je confirme le post de Claire plus haut. il faut leur donner la possibilité de se ré-envoler sur une hauteur en le « jetant » dans l’air, sinon il meurt. J’ai trouvé jusqu’ici 3 martinets ( en 40 ans), 2 se sont ré-envolés de cette manière et le troisième, en train de mourir, était infesté du parasite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *