oeufs vert

Qui en veut à mon kiwi ?

Mon kiwi a été colonisé par des petits œufs verts, pour le moment je ne peux pas vous en dire plus, mais je mène l’enquête…

********

Une journée plus tard, la ponte devient plus noire. C’est en dessous de la feuille de l’actinidia que les œufs sont accrochés (histoire de pouvoir résister à une petite pluie).

********

Samedi 4 juin : Après une grosse grêle, les feuilles de l’actinidia pendent, mais les œufs ont tenu bon. La couleur des œufs n’est plus homogène depuis quelques jours, j’ai l’impression qu’il y a un espace entre la surface et le petit être noir qui s’y trouve.

Cela devient très long de poursuivre ce reportage, surtout que je me suis renseigné, il faut parfois plusieurs mois pour certains papillons avant de briser la coque.

Sans rentrer dans une approche scientifique (au minimum il faudrait être présent lors de la ponte), je vais essayer de continuer dans la mesure du possible de continuer à prendre une photo par jour.

Je sens que ce vide dans les coquilles annonce un heureux événement 🙂

Oeufs noirs

Feuille d'actinidiablackOeufs sous la pluieKiwi feuilleOeufs de chenille ?Feuille verte actinidiaoeufs sous la pluieGros planChangement de couleurcaviar grisAprès la grêle kiwi 5 juinGrains de profil7-juin8-juin9-juin15 juin

17 juin
17 juin (après la pluie, où sont passés les oeufs ?)

10 réflexions sur « Qui en veut à mon kiwi ? »

  1. Tu vas avoir du caviar au final !!! J’attends les suites de l’enquête avec impatience, c’est la première fois que je vois l’actinidia « attaquée », en principe, à part la sécheresse, c’est une plante indemne de maladie ou autre et… très productive. C’était un crève-coeur quand j’ai dû enlever les miens pour restaurer le toit d’une grange, j’avais bien une vingtaine de kg de kiwis tous les ans lorsque la plante avait atteint sa croissance adulte (trois ans)…

  2. Oui Colibri, pour le moment avec une photo par jour, cela me permet de rendre la progression du drame qui se joue au creux de cette feuille.

    J’ai bien peur de ne pas assister à l’éclosion et au final ne pas savoir à quel prédateur j’ai affaire.

    C’est un peu comme l’ouverture des fleurs il faut pouvoir multiplier les prises sur les dernières heures si on veut une animation parfaite.

    Je ne savais pas qu’un actinidia produisait ses kiwis au bout de 3 ans, il est clair que le mien n’a pas produit de fleurs pour le moment. Actuellement il monte sur une tonnelle et cela à l’air de lui plaire.

    Mais bon voilà il y a des petites bêtes qui pondent de drôles d’œufs !

  3. En fait, Yann, il faut savoir que, pour avoir des kiwis, il faut une plante femelle et une plante mâle !!! A moins que ce ne soit une espèce greffée autofertile (ça produit moins)… Les feuilles d’une plante femelle sont plus rondes et plus larges que celle de la plante mâle. Il faut un pied mâle pour plusieurs femelles !!!

  4. Merci pour vos encouragements, c’est un dur métier que reporter en insectes. Aujourd’hui une pluie fine est tombée sur le dessus de la feuille. Les œufs sont restés au sec en dessous, mais pas le photographe.

    Colibri, je te rassure ce kiwi est un actinidia « monoïque » (enfin selon le pépiniériste), normalement il ne devrait pas avoir besoin d’un harem pour se reproduire.

    Mais selon tes informations j’aurais donc moins de fruits, dommage.

    Bon revenons à notre caviar, Bretagne à bien raison, cela fait déjà 6 jours au moins que ces œufs ont été déposés par un parent indigne et on ne sait toujours pas quelle tête vont avoir les petits.

    Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il semble qu’il y en a un qui est légèrement en retard par rapport aux autres (au niveau de la couleur).

    Quel suspens !

  5. Claire, une fois encore tu brille par ta culture étendue sur la botanique et les insectes. C’est un diagnostic qui me semble bien probable et malheureusement, l’actinidia ne peut rien faire pour se débarrasser de cette portée inquiétante.
    Il est vrai que les œufs déposés (par un papillon ?) ont été précisément placés au centre de deux nervures, là ou la feuille doit être la plus tendre. Si l’insecte voulait assurer une accroche robuste, il aurait privilégié certainement une partie résistante.

    Mais attendons voir si le pronostic se réalise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.