Circée de Paris - Circaea lutetiana

Aquarelle de Circée de Paris ou Circaea lutetiana

La Circaea lutetiana  (Circée de Paris) est une petite Onagraceae (Onagracée) de sous-bois humide que l’on trouve un peu partout en France, sa floraison timide intervient pendant l’été.

L’échelle des fleurs demande un bon objectif macro, la teinte blanc rosée demande également un réglage lumière très fin.

Circée de Paris dans les bois
Circée de Paris dans les bois

Une fois coupées, les fleurs se fanent rapidement ce qui est décevant pour un petit croquis à la maison.

Équipé d’un téléphone portable à 5 Mégapixels, la réussite de la photo était très aléatoire, chaque année j’essaye d’avoir une précision plus nette.

Cette fois, je pense que je vais pouvoir démarrer une rubrique dédiée.

La Circée de Paris est une des rares plantes comportant des pièces florales par paires à chaque verticille :

  • Deux sépales
  • Deux pétales à deux lobes
  • Deux étamines
  • Un style avec un stigmate à deux lobes

Concernant la classification par nombre de pétales, cette plante est donc (à ma connaissance) unique dans sa catégorie.

Les Onagracées comme l’Épilobe sont généralement dotés de 4 pétales, c’est donc une espèce très particulière que cette Circaea lutetiana.

Pour aller plus loin que la faible macro de mon téléphone, j’ai réalisé une petite aquarelle en essayant de rendre quelques caractéristiques de cette plante :

  • Stigmate rosé sur un style blanc
  • Pétales blanc légèrement rosés
  • Sépales rosés
  • Fruits en forme de poires vertes, velues sur un axe formant un angle à 45 degrés avec la tige
  • Feuilles ovales (parfois légèrement cordées), opposées
  • Tige hérissée de petits poils
Aquarelle de Circée de Paris
Aquarelle de Circée de Paris

4 réflexions sur « Aquarelle de Circée de Paris ou Circaea lutetiana »

    1. Merci Christine,

      J’ai essayé d’être le plus descriptif possible en prenant pour modèle des planches botaniques.

      Pour le moment je n’en ai vu aucune qui décrivait cette Circée de Paris (mais je n’en doute pas), il faut dire que quand on en a une dans la main, ce n’est pas très spectaculaire.

      Tu as sans doute plus l’habitude que moi pour repérer ces petites fleurs discrètes, une fois que l’on commence a avoir un herbier mental bien fourni un talus devient un rayonnage de bibliothèque.

      Bonne semaine

      Yann

  1. Merci Cateline,

    Il faut que je trouve le temps de créer la rubrique Onagracées sur mon site, c’est pour cela que j’ai fait cette aquarelle. Mais il faut que je trouve un peu de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.