Archives pour la catégorie Huiles

Quelques huiles sur toile.

Huile

Je n’aime pas peindre à la bougie !

Voilà  plusieurs mois que je travaille sur une huile de grande taille (92x73cm) et il devient difficile d’avoir suffisamment de lumière (du soleil) pour avoir une vision des couleurs correcte.

On peut tout à fait peindre avec une lumière d’intérieur, voir même avec une bougie mais cela ne donne pas du tout les mêmes résultats, l’ambiance sera plus sombre.

J’ai beaucoup de respect pour les peintres qui ont peint avec des bougies la nuit, cela devait être vraiment difficile de respecter les couleurs dans de telles conditions.

Pour le dessin préparatoire, c’est encore jouable. Mais pour les couleurs, j’ai toujours peur de me retrouver le lendemain devant une triste harmonie.

Cela peut être un choix personnel de faire dans le ténébreux.

Comme vous le voyez, j’ai dépassé le seuil de la toile blanche et du crayonné. A certains endroits, il y a même plusieurs recouvrements de couleurs. Ce n’est pas encore très précis, mais je reviendrais plusieurs fois sur chaque détail de ce puzzle (confiant donc…).

La suite au prochain épisode…

Vue d'ensemble
Vue d’ensemble
Cadre au nénuphar

Photos de l’exposition

Je suis fier de vous montrer deux photos de l’exposition de mes créations à l’Ecole de dessin.

J’ai encadré mon huile au nénuphar après l’avoir vernie. Ici la notion de vernissage prend tout son sens…

Le totem présentant mes aquarelles a été tendu au sol grâce aux bocaux a confiture (remplis de graines). J’étais un peu inquiet de savoir si le bambou serait toujours vert après une semaine de coupe, mais la couleur a tenu.

L’école m’a fourni un éclairage afin de pouvoir mettre en scène le lieu.

Exposition à l'Ecole Municipale Maurice Quentin de La Tour
Exposition à l’Ecole Municipale Maurice Quentin de La Tour

 

Bateau de pierre

Ma version du hollandais volant

Voici une huile que je viens juste de terminer pour coller dans le dernier thème de la Lanterne à BD : l’Héroic Fantasy.

La dernière fois j’étais un peu hors sujet dans le collectif, cette fois j’ai fait un effort.

Bon évidemment cette illustration n’est pas vraiment à sa place dans ce blog, cependant vous aurez remarqué que le coucher de soleil est le même que celui que j’avais pris en photo il y a quelques semaines.

J’avais dit que j’en ferais une huile, voilà qui est fait.

J’ai démarré avec un dégradé à la térébenthine avec du bleu outremer, une couleur toute dédiée pour ce hollandais volant.

Pour les nuages, je me suis rappelé les anciens conseils de mon ancien professeur de dessin « Gras sur maigre », à l’époque je peignais à l’acrylique, cette remarque avait moins de sens pour moi.

Donc ensuite, les masses principales, le pic rocheux en contre-jour, les montagnes et j’attaque le bateau et son dragon.

N’étant pas du tout marin, j’ai été obligé de me documenter un peu pour ce galion gothique, c’est toujours très instructif le dessin, cela permet de fixer des images sur un imaginaire un peu chaotique.

Un dragon, c’est pas très facile à dessiner surtout les ailes, on sait jamais dans quel sens faire les articulations. C’est loin d’être le premier qui sort de mes cartons, mais la pose enroulée autour du galion devait être naturelle.

C’est plus compliqué que de peindre les nuages d’après photo.

Après, il faut accorder les couleurs : J’avais une palette assez réduite (bleu outremer, orange, rouge carmin, noir, blanc) l’accord était assez facile.

Ensuite les lumières, plomber l’arrière du bateau, sans doute pas assez, c’est dur d’assombrir des éléments que l’on a soigneusement dessiné…

Si vous trouvez ce tableau mal fait, je comprends. J’ai moi même beaucoup ri en regardant certains tutoriels.

C’est normal on s’expose toujours à la critique quand on publie sur un blog.

Nénuphar

Le marais d’Isle et ses nénuphars

Suite à mon article sur le crayonné de la Collégiale de Saint-Quentin, voici en exclusivité le reste du tableau.

La Collégiale est un arrière plan car je voulais peindre les nénuphars du marais d’Isle.

Au niveau botanique c’est un vrai casse tête cette famille, que ce soit sur Internet, dans les revues ou même dans les livres de nombreuses informations contradictoires circulent.

On y apprend que chez les nymphéacées les feuilles et les fleurs restent à la surface de l’eau, ce qui est déjà faux à l’évidence chez le Nymphaea lutea, ce nénuphar jaune et rustique que l’on trouve sur ce plan d’eau.

Pour les feuilles, j’ai été surpris de voir qu’une variété naine plantée dans un bac pouvait avoir des feuilles qui sortaient 10 cm au dessus de l’eau.

Ce qui fait la vraie différence avec un Lotus sacré (Nélumbonacées), c’est en quelque sorte la hauteur des tiges en dehors de l’eau.

Pour le reste, la forme de la fleur du Jaunet d’eau (Nymphaea lutea) est bien différente du Lotus Sacré, ce qui est moins le cas des autres  variétés qui peuvent porter à confusion.

Pour ma part je jette l’éponge sur cette partie botanique et sa documentation et je me consacre à la peinture.

Coucher de soleil sur le marais d'isle
Coucher de soleil sur le marais d’isle

C’est un coucher de soleil qui est un prétexte pour utiliser des couleurs saturées, je ne cache pas que j’ai jeté un petit coup d’œil du coté de Giverny, tant il est vrai que les enseignements des impressionnistes sont utiles pour résoudre les questions sur les rapports entre les couleurs à la tombée du jour.

C’est une heure entre chien et loup qui permet beaucoup de libertés sur les ombres colorées.

Il y aura encore des petite retouches avant la signature, mais j’estime cette huile suffisamment avancée pour la publier sur ce blog.

Vous pouvez retrouver les photos qui ont servi à réaliser ce tableau dans la rubrique nymphéacées de mon site.

Bambou en peinture

Aperçu de la peinture en cours sur les bambous

Je poste un peu moins ces derniers temps.

Normal, une huile est en cours. La peinture c’est plus long que mes aquarelles, mais il faut respecter ce temps de réflexion nécessaire aux retouches avisées.

Je poursuis le thème de la fleur de Bambou pour l’illustration de ma future rubrique sur les Poacées.

ChevaletIl faut savoir que mon chevalet est fabriqué avec du bambou, c’est donc une matière très présente sur cette photo.