Bateau de pierre

Ma version du hollandais volant

Voici une huile que je viens juste de terminer pour coller dans le dernier thème de la Lanterne à BD : l’Héroic Fantasy.

La dernière fois j’étais un peu hors sujet dans le collectif, cette fois j’ai fait un effort.

Bon évidemment cette illustration n’est pas vraiment à sa place dans ce blog, cependant vous aurez remarqué que le coucher de soleil est le même que celui que j’avais pris en photo il y a quelques semaines.

J’avais dit que j’en ferais une huile, voilà qui est fait.

J’ai démarré avec un dégradé à la térébenthine avec du bleu outremer, une couleur toute dédiée pour ce hollandais volant.

Pour les nuages, je me suis rappelé les anciens conseils de mon ancien professeur de dessin « Gras sur maigre », à l’époque je peignais à l’acrylique, cette remarque avait moins de sens pour moi.

Donc ensuite, les masses principales, le pic rocheux en contre-jour, les montagnes et j’attaque le bateau et son dragon.

N’étant pas du tout marin, j’ai été obligé de me documenter un peu pour ce galion gothique, c’est toujours très instructif le dessin, cela permet de fixer des images sur un imaginaire un peu chaotique.

Un dragon, c’est pas très facile à dessiner surtout les ailes, on sait jamais dans quel sens faire les articulations. C’est loin d’être le premier qui sort de mes cartons, mais la pose enroulée autour du galion devait être naturelle.

C’est plus compliqué que de peindre les nuages d’après photo.

Après, il faut accorder les couleurs : J’avais une palette assez réduite (bleu outremer, orange, rouge carmin, noir, blanc) l’accord était assez facile.

Ensuite les lumières, plomber l’arrière du bateau, sans doute pas assez, c’est dur d’assombrir des éléments que l’on a soigneusement dessiné…

Si vous trouvez ce tableau mal fait, je comprends. J’ai moi même beaucoup ri en regardant certains tutoriels.

C’est normal on s’expose toujours à la critique quand on publie sur un blog.

4 réflexions sur « Ma version du hollandais volant »

  1. Il est beau ton ciel! peut-être qu’il ravit un peu la vedette au dragon… En fait on a l’habitude de voir figurer ce hollandais volant dans un flou brumeux, si bien que là, c’est déroutant! Amitiés et à +

  2. Oui c’est ça, il manque des effets atmosphériques !

    Autant avec Photoshop cela ne me pose aucun problème de placer des brumes ou des particules, ici à l’huile, je risque de tout rater.

    Me connaissant je vais laisser tomber et en faire le sujet de ma prochaine huile (une difficulté à la fois).

    Cela m’est déjà arrivé de peindre et en voulant revenir en arrière sur une action désastreuse, chercher un bouton « Undo » qui n’existe pas 🙂

    1. Voyons voir :

      Pour les recherches, j’ai pris en photo un coucher de soleil. Je l’ai sorti ensuite sur papier afin d’avoir un modèle couleur devant les yeux (2h).

      Pour le bateau, j’ai utilisé un bateau Playbidule que j’ai placé devant un objectif coque en avant. Ainsi j’ai eu des lignes de fuites cohérentes ainsi que quelques informations de lumière. (30min)

      J’ai dessiné le bateau au crayon, sur un calque. Je me suis documenté sur de nombreuses photos pour les voiles les cordes (oups) et surtout les ouvertures en ogive.

      J’ai retourné le calque sur la toile en mettant en le crayonné en contact avec la toile.

      Ensuite j’ai repassé de l’autre coté avec un crayon de couleur rouge en appuyant sur le calque, cela fait carbone.

      Disons 3heures pour le dessin et son report.

      Après c’est très simple, j’ai peint le tableau en 3 jours.

      A noter que pour peindre les cord… j’ai pris une brochette en métal que j’ai accrochée en dehors du tableau, je l’ai coulissée pour garder un seul point de fuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.